PCM: Prise de Conscience par le Mouvement

Les cours se déroulent souvent en position soit allongée sur le dos au sol, soit assise, parfois debout. Ils sont guidés par la voix du praticien. Chacun est invité à observer et questionner ses mouvements et sa respiration : leur qualité, leur vitesse, leur légèreté, et à clarifier les directions dans l’espace. Par l’exploration et l’expérimentation de mouvements simples, quotidiens mais aussi extra-quotidiens ou inhabituels, chacun prend conscience de ses habitudes d’une manière douce et ludique, et découvre une autre manière de sentir, de bouger, d’agir et de penser.

 

Parce que s'écouter, se regarder bouger n'est pas un apprentissage facile et immédiat, la présence à ce cours est souhaitée la plus régulière possible.

 

Témoignages:

"A dire vrai, c'est avec ces exercices que je me suis rendu compte que j'étais aussi, un corps agréable... à habiter. Je ne me souviens pas quand ma respiration est devenue plus ample & agréable... ni comment, maintenant, il m'est possible étendu au sol de "récupérer" ou tout du moins "d'être là"... répandu à même le sol... Évidemment... c'est pas mal, il me semble…" Claude F.

"Le bien être, l'aspect méditation et le retour à soi. Un bon indicateur chez moi sont les bâillements qui expriment (selon moi) une libération sincères des tensions accumulées au travers pendant la journée. Moi je dirais que je retrouve mon humanité." Michel I.  

"Je me souviens d'une séance consacrée à la respiration. Sur le dos, puis sur le ventre, puis sur le côté, à chaque fois, prendre conscience que la respiration est quelque peu empêchée de par le poids du corps en contact sur le sol; alors, trouver les autres espaces plus libres pour mieux respirer.  Ainsi, allongée sur le ventre, sentir le dos qui lui, n'a pas la même contrainte - et "respirer dans le dos". La séance s'est terminée par un travail que j'ai adoré et que je fais encore parfois pour m'endormir: couchée sur le côté, les jambes repliées (position "en chien de fusil" je crois), respirer dans la colonne vertébrale. Et une image m'a drôlement aidée: commencer par le bas, et imaginer que chaque vertèbre est un petit tiroir d'une commode que l'on ouvre et que l'on referme. L'image du petit tiroir d'une commode, avec son petit bouton; image délicate et sensible qui m'est restée." Isabelle R.

 

 

©2019 par Emanuelle Dubois. Créé avec Wix.com

SIRET: 888 773 959 00018

Crédit photo: © Christine Barrat